01 juin 2005

L'accouchement

 

Vendredi 2 juillet 2004 :

- 9 heures 30 visite chez gygy : col effacé "vous êtes mure" qu'il me dit. Zoé peut donc arriver d'un moment à l'autre et il me dit "donc aujourd'hui, visite chez moi, dernier cours de préparation à l'accouchement en piscine, pleine lune... si elle vient pas ce week-end c'est qu'elle aura décidé de rester jusqu'au bout !" . D'autant plus que je suis pile poil à 38 SA, et que pour mes deux garçons ca a été le terme.

- 10 heures :cours théorique pour la prépa. On discute et je dis à la sage femme.... "Zallez voir qu'elle va me faire le coup de naitre le 4 juillet !!!".
On file vers 11 heures à la piscine où je me démène comme une folle. Effectivement, vu que mes pieds on triplé de volume, qu'il fait super chaud, que je peux plus me tenir assise et que bon j'en ai marre quand même.... je fais tout pour pas que mademoiselle s'éternise....
Evidement de voir toute la bonne volonté que je met aux exercices d'apnées et de poussée, tout le monde rigole. 
La sage femme me conseille de dormir chez belle maman. Et oui c'est elle qui m'a suivi et accouchée pour mon précédent, et vu la rapidité des choses elle trouve plus sage que j'attende la naissance un peu plus près de l'hopital. Pis comme ca j'aurais pas le soucis de déposer les petits au passage.

- 17h mon père m'appelle : il veut garder les petits ce week end. Cool j'vais pouvoir faire la grasse mat demain 

- 19h je perd le bouchon muqueux.... Il m'a aussi semblé dans l'apres midi que mon bidou etait bien descendu.....
Toute la soirée a été une succession de petites contractions mais jamais plus de cinq rapprochées de dix minutes. voulait passer à l'hopital vérifier quand meme mais j'ai pas voulu. Je préférais attendre le dernier moment pour que ca passe plus vite. Nous nous couchons donc en nous disant que si dans la nuit y'avait rien ben on irait faire les soldes le lendemain vu qu'on avait toujours rien acheté pour la puce (pour notre plaisir uniquement on nous a filé pleins de trucs).

- Samedi : toujours rien, nous partons vers 11 heures manger en amoureux au resto chinois avant d'attaquer 4 longues heures de boutiques. On deteste ça tous les deux mais bon, on le fait une fois par an et là c'etait pour la bonne cause. Nous rentrons chez sa mère vers 19 heures (pile poil pour l'apéro). Apres une longue soirée avec des copains, nous nous couchons vers 2heures du matin. Nous devons récupérer les petits le lendemain (dimanche)midi.
- 4 heures : je sens comme un truc craquer dans mon ventre. Je n'y fais pas gaffe et tout d'un coup, toute endormie, je fais à mon :
"soit je suis en train de faire pipi au lit...soit je perd les eaux" (je précise que je les ai pas perdues pour les deux premiers)
lui : "ben lève toi et va aux toilettes, j'hallucine !!"
je me lève
SSSSpplaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaatchhhhhhhhhhhhhhhhh
"ha ben là y'a plus de doutes , tu perds les eaux !!"
et.... il se rendort !!      
Je file prendre une douche (pendant que sa mère le sort du lit a coup de pied là où il le mérite), je me met une grosse serviette autour des fesses, j'enfile une robe et nous filons à la maternité.
dans la voiture j'y vais de mon speech "tu vois j't'avais dis....le 4 juillet...la honte devant nos potes...remarque pour les faire part (que nous n'avons finalement jamais fait, faute de temps" ce sera simple..on détourne une affiche de film à la con"

Nous arrivons donc devant la porte des urgences, il est 4h30. je sonne. Le temps que la sage femme arrive j'ai de nouveau une mare à mes pieds. Elle ouvre la porte, se retourne vers ses collègues et crie "on a la suivante !!".
On m'installe en salle de dilatation avec monitoring, tensiomètre et tout le tralala.
-"vous sentez des contractions ??"
- " hier oui mais la, aucune....   "
- "bon ben y'a plus qu'a attendre"

Nous restons donc Guilhem et moi à papoter en attendant que les contractions se déclenchent. Entre temps on me fait quelques analyses de liquide amniotique.

Le lundi midi toujours aucune contraction... j'ai faim et soif !!! Je le répète 15 fois à toute personne qui rentre dans ma chambre. A tel point que finalement une puericultrice appelle le gygy de garde pour qu'il me donne l'autorisation de me restaurer. Mon sacrum commence serieusement a me chauffer car je n'ai pas le droit de bouger
Etant donné que le travail ne se déclenche pas, on me prépare une chambre a l'étage pour que je sois dans un vrai lit. le médecin me dit : si demain quinze heures vous n'avez toujours pas de contractions, on déclenchera "
On me monte en chambre, nous mangeons (il est 19heures). Nous sommes tous les deux crevés, on a dormi a peine deux heures la nuit précédente. Apres le tour des sages femmes et un dernier monitoring (nul comme les autres), nous nous endormons enfin....il est minuit.
- 2 heures du mat Je me réveille ... J'ai l'impression que les contractions commencent... Je sonne pour appeler la sage femme. Elle m'examine : "ha vi c'est meme bien commencé, vous êtes à 5 "
On m'emmene en salle d'accouchement. Là on me demande si je veux une péridurale. "heu j'vais essayer sans" "ok de toute façon y'a personne on est dispo"
Un quart d'heure après je suis à 7
"siouplé, finalement, pour la péridurale.... c'est encore valable votre proposition ??"
Deux minutes apres l'anésthésiste est là... On s'engueule un peu... elle trouve que je bouge trop (mais je commence un peu à morfler)... je lui explique que quand on me demande pas les choses gentiment, je suis pas docile. L'infirmier qui l'accompagne rigole et tempère le début de dispute. Finalement elle me fait en plus une légère rachis que je puisse me reposer un peu.
Il est trois heures.... je m'endort.
Demie heure après, je me reveille. Des contractions super douloureuses arrivent. Je m'y attendais pas du tout vu que j'ai la péri et ça me panique un peu. A ce moment la sage femme arrive et me dit : "oulaaaaaaaa vous avez l'air d'avoir mal vous". Je dois avoir le visage super expressif car Guilhem a l'air décomposé a chaque contraction.
Elle  part chercher l'anesthésiste pour qu'elle me réajuste la péri.

"Chéri, cours lui apres, je crois que je dois pousser là"

Panique de chéri, évidement.....

Ils reviennent tous les deux... La sage femme va pour m'ausculter... elle soulève le drap..... "heu faut plus attendre là....je dois vous annoncer que votre petite fille est une reveuse"
"hein ??? pourquoi ??"
- "ben elle regarde le ciel"

!!!!!

Là il me prend une grosse envie de pousser. Je pousse et.. au miracle ca me soulage, je ne sens pas la contraction pendant ce temps !! Du coup j'y met tout mon coeur..... hop une poussée et toute la tête est sorti. La sage femme me dit : "ben je vois que vous etes efficace... je dirige pas je vous laisse faire"
je reprend mon souffle. Une autre contraction arrive, je pousse de nouveau avec tout autant de bonheur (ben ouais au moins je sens rien). Et hop toute les épaules passent elles aussi d'un coup.
"Là monsieur, vous pouvez attraper votre fille si vous voulez"
Guilhem tout ému, sort donc Zoé. J'en pleure de bonheur.

Nous faisons connaissance tous les trois... enfin....24 heures pile poil apres ma rupture de la poche des eaux.. Il est 4heures moins le quart, lundi 5 juillet.

Dix minutes apres la sage femme me demande si je me sens de pousser encore pour évacuer le placenta. Chose faite en une fois aussi
Elle m'ausculte une dernière fois et m'annonce que j'ai meme pas une petite déchirure;.... rien !!!
Coooooooooooooooooooooooooooooooooooooooool      

Finalement quand on m'a mise assise on a compris pourquoi la péri avait pas marchée.... le cath etait pété en deux et c'est le matelas qui en a profité... pas moi !!! Elle a du le faire expres la conne d'anesthésiste. Chuis contente d'avoir accouché sans péri, mais à savoir me serait pas fait piqué le dos !!!

Voila vous savez tout    dscn0029

Posté par Toastine à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'accouchement

Nouveau commentaire